Interdire les appareils électroniques personnels sur le pont d'envol, dont la décision finale devrait être prise à un moment donné ce mois-ci. Le sujet beaucoup plus important, à mon avis, est le changement d'orientation sur l'aviation générale (GA). Au cours des deux dernières années, l'élément de la liste était généralement intitulé «Améliorer la sécurité de l'aviation générale». Cette année, le NTSB a décidé de se concentrer sur l'identification et la communication des conditions météorologiques dangereuses. Ils sont convaincus que de nombreux pilotes de l'AG volent dans des conditions météorologiques dangereuses avec des avions non équipés pour les manipuler ou effectuant des vols dans ces conditions sans même savoir qu'ils sont là. Ils sont certainement corrects dans cette hypothèse. Au travail, je vois des pilotes se poser sous les minimums IFR, tentant de décoller pendant une tempête de neige ou de voler dans des conditions de cisaillement du vent à basse altitude. L'autre semaine, j'ai vu quelqu'un avec un Bonanza prendre son envol sans réfléchir. Bien qu'il faille se détourner de quelque chose de si large, j'estime que l'accent aurait dû être mis davantage sur la complaisance que sur la météo. Notre système de compte rendu météorologique est toujours très solide et, avec un bon jugement et une planification de vol appropriée, les pilotes peuvent apprendre à savoir quand faire un appel «sans autorisation». En mettant l'accent sur la formation et en réduisant la complaisance des pilotes, nous pouvons montrer à certains des pilotes les plus insouciants que la catastrophe peut leur arriver. Il y a beaucoup de pilotes qui font une bonne planification et qui, par chance, se retrouvent dans des conditions météorologiques dangereuses. C'est peut-être l'objectif que le NTSB essayait de mettre en lumière. Avec ce changement d'orientation, nous aurons peut-être plus de stations météorologiques aux États-Unis. Personnellement, j'ai été très intrigué lorsque j'ai visité la Station administrative océanique et atmosphérique nationale de Pontiac en octobre dernier. Ce changement dans la liste des personnes les plus recherchées du NTSB apportera peut-être de nombreuses opportunités d'emploi aux météorologues potentiels. En conclusion, l'accent aurait dû être mis sur la complaisance et la formation plutôt que sur les bulletins météorologiques. Ce n'est cependant que mon avis. En savoir plus en suivant le lien sur le site du spécialiste renommé de ce vol en L39 Albatros à Reims.